Pour les vieux radaristes.

Do you have a question? Post it now! No Registration Necessary

Translate This Thread From French to

Threaded View
Qui se souvient du fonctionnement du "wattmètre à coin d'eau" ?
Il me semble qu'on mesurait une différence de température à l'entrée et à la
sortie d'un circuit d'eau qui traversait l'émetteur.
J'ai vu et utilisé le wattmètre à néon mais jamais le "coin d'eau". Il doit
être plus vieux que moi ce machin.
--
villenoel




Re: Pour les vieux radaristes.
villenoel wrote :
Quoted text here. Click to load it

Ca me dit rien, je dois etre trop jeune.



Re: Pour les vieux radaristes.
"villenoel"

Quoted text here. Click to load it

As-tu des photos, ou des liens ?



Re: Pour les vieux radaristes.

Quoted text here. Click to load it
Bonjour
Pas trouvé grand chose sur le net sauf ça:
http://static.patsnap.com/patent/download/pdf/US3914714
Voir figure 6 page 3
Si j'ai bien compris la structure en coin ressemble en
"miniature" a ce que l'on ferait sur une ligne coaxiale
avec des attenuateurs :
(Plein de Kw)>attenateur de 1dB>3dB>6dB>10dB>20dB
Pour eviter que le premier attenateur chauffe trop.



Re: Pour les vieux radaristes.

Quoted text here. Click to load it
Bonjour
J'ai utilisé cela lors des TP radar de l'ENAC.
On appelait cela "charge a eau" mais il est probable que la
"bouilloire" avait la forme d'un coin dans un guide.
J'ai oublié la formule mais un physicien doit pouvoir retrouver cela.
Je ne pense pas que cela soit si vétuste que cela car c'est justifié pour
supporter les puissances cretes enormes des magnétrons.
Une puissance moyenne de l'ordre du kilowat concentrée en une microseconde
volatilise les resistances classiques.
En radar operationel c'est peu utilisé sauf a l'ecole car la puissance
on l'envoie dans l'antenne et on la mesure avec des coupleurs.
Mais meme au niveau recepteur la fuite d'emission détruit instantanément
des attenuateurs de 20W.Les limiteurs a diodes font donc bien leur boulot
pour protéger le transistor d'entrée.
C'etait tout le charme des anciens radars a impulsion on avait des tensions
depassant 40Kv des courants de + de 1000 A et pas systematiquement besoin
d'une grue pour manipuler les composants.
J'ai toujours trouvé que les techniques d'impulsion n'etaient pas assez
utilisées dans les labos electroniques.
On passe une heure a cabler le montage et des dizaines a monter des
radiateurs ventilateurs et alims pour le tester :-)
En impulsion un gros condos de decouplage suffit pour voir que
ça ne marchera jamais



Re: Pour les vieux radaristes.
voir chaleur massique :

pour l'eau eau 4186 J·kg-1·K-1

4186 joules vont élever 1 litre d'eau de 1° (C ou K, c'est pareil en
variation)

1 J = 1 Ws.

jj


Le 03/10/2011 20:03, Laurent Blin a écrit :
Quoted text here. Click to load it


Re: Pour les vieux radaristes.
Laurent Blin explained :
Quoted text here. Click to load it

Sur les vieux radar ANTPS 1D (500 Kw) pour mesurer la puissance de
sortie et + il y avait un coupleur monté d office sur la guidaille de
sortie. Pour le TOS On pouvait sentir a la main les creux/ventres de
difference de temperature sur le "tuyau" qui montait sur le toit de l
ESAM de Bourges...:(
J avais appris a voir le plus grand respect devant les modules d
emissions (magnetrons et composants annexes) et peut etre encore plus
attention au modulateurs d impulsions.
Un instant d inattention est immediatement sanctionné....



Re: Pour les vieux radaristes.
Laurent Blin a écrit :

Quoted text here. Click to load it

Salut,
En quelle année ?
J'étais en stage en 55/56, (avant-hier !) à Orly.

--
http://tk5yp.fr/webcam/calvi_revelata.htm


Re: Pour les vieux radaristes.

Quoted text here. Click to load it
Bonjour
74 /75 pour moi a Toulouse.



Re: Pour les vieux radaristes.
Laurent Blin wrote on 09/10/11 :
Quoted text here. Click to load it

73 Rennes puis Bourges puis Pontoise....



Re: Pour les vieux radaristes.
disco67 a écrit :
Quoted text here. Click to load it
Enac ?

Re: Pour les vieux radaristes.
era expressed precisely :
Quoted text here. Click to load it

ESEAT ESAM ERGM, militaire j etais...



Re: Pour les vieux radaristes.
ENAC=École Nationale de l'Aviation Civile
4e93f2ca$0$30605$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Quoted text here. Click to load it



Re: Pour les vieux radaristes.
jungers jean-marie a écrit :

Quoted text here. Click to load it

the right answer !
D'abord à Orly puis à Toulouse.
Je suis un ancien du STS.

--
http://tk5yp.fr/webcam/calvi_revelata.htm

Re: Pour les vieux radaristes.
Laurent Blin a écrit :
Quoted text here. Click to load it
Alors t'es un jeunot !

Re: Pour les vieux radaristes.
Le 03/10/2011 07:32, villenoel a ecrit :
Quoted text here. Click to load it
la
Quoted text here. Click to load it

Je me souviens qu'à TDF, il y avait un émetteur radio de 500KW qui
utilisait l'eau d'une piscine spécialement prévue pour le
refroidissement. Sur le circuit d'eau, il y avait un thermomètre juste
avant l’émetteur, et un autre juste après.
Avec une formule incluant le débit de la pompe et la différence de
température il était possible de connaitre la puissance dissipée.

JC.

Re: Pour les vieux radaristes.
JC brought next idea :
Quoted text here. Click to load it
à
Quoted text here. Click to load it
doit
Quoted text here. Click to load it
autre
Quoted text here. Click to load it

P=Q.T
Je suppose que c etait juste un "controle" complementaire, le tuyo
semble etre a la bonne temperature donc pas de soucis :):):)



Re: Pour les vieux radaristes.

4e8a0e39$0$681$ snipped-for-privacy@news.free.fr...
Quoted text here. Click to load it
================
Merci à vous tous.
C'est bien ça.
Pourquoi "coin d'eau" ? Je ne sais pas mais dans un vieux dessin le
réservoir de flotte avait une forme de triangle ou de trapèze. Je n'aurais
pas dû jeter mes vieux bouquins. Les puissances mises en jeu étaient déjà de
l'ordre de 30 Mégawatts et même si la fréquence de répétition était de 1000
Hz avec une impulsion d'une microseconde, il restait beaucoup de chaleur à
dissiper.
Le wattmètre à néons était composé d'une série de tubes néons judicieusement
disposés sur une portion du guide d'ondes et on voyait s'allumer les tubes
sur une longueur proportionnelle à la puissance (comme un graphique à
barres). On pouvait même lire la longueur d'onde en mesurant la distance
entre deux ventres.
La protection du récepteur se faisait avec un truc appelé TR/ATR
(TRansmitter / AntiTRansmitter). C'était un montage de guide d'ondes
savamment calculé sur des demi ou des quarts de longueur d'onde plus une
chambre à ionisation qui court-circuitait l'entrée du récepteur lors de
l'émission.
--
villenoel
 



Site Timeline